SfrSanteLyonEst
SFR Santé Lyon-Est: Laboratoire INSERM U1213
Demander un code d'accès
Nutrition et cerveau
INSERM U1213
http://u855nutrition.fr/
Directeur : Gilles MITHIEUX
Secrétaire : Marie Ange DI CARLO

INSERM U855
Site Laennec
7-11 rue Guillaume Paradin
69372 Lyon Cedex 08

Téléphone : 0478778629 - Fax : 0478778762

L’adaptation insuffisante du comportement alimentaire à un contexte de diminution des dépenses énergétiques est le principal facteur responsable du développement de l’obésité et de sa pathologie associée, le diabète de type 2, dans le monde occidental. L’hypothalamus joue un rôle central dans le contrôle des sensations de faim et de satiété, en intégrant les signaux nutritionnels et hormonaux en provenance de la périphérie, et en adaptant la dépense énergétique de repos et la prise alimentaire. Le système mélanocortinergique hypothalamique (récepteurs aux mélanocortines de type 3 et 4 et leurs ligands agoniste - l’aMSH- et antagoniste - l’AgRP-) est l’effecteur moléculaire principal de ces régulations. Notre projet est basé sur notre observation originale récente que l’induction de la production endogène de glucose (néoglucogenèse) dans l’intestin grêle, à travers sa détection par le système nerveux hépatoportal, est un signal régulateur majeur de la prise alimentaire au niveau central. C’est le mécanisme par lequel les protéines alimentaires induisent leurs effets de satiété, un phénomène connu depuis longtemps chez l’animal et l’homme, mais resté inexpliqué (Cell Metab. 2005).

Nous privilégions trois axes prioritaires de recherche.

1) Nous caractériserons les régulations nutritionnelles et hormonales de l’expression des gènes régulateurs de la néoglucogenèse intestinale (glucose-6 phosphatase, phosphoenolpyruvate carboxykinase, glutaminase), au niveau transcriptionnel et post-transcriptionnel, notamment ce qui les distingue des régulations qui prennent place au niveau hépatique. Les effets des protéines alimentaires (bénéfiques car inductrices d’hypophagie) seront particulièrement pris en compte et comparés aux effets induits par les lipides et les glucides rapides (délétères car inducteurs au contraire d’hyperphagie).

2) Nous caractériserons au niveau neuroanatomique et neurochimique le système de détection (et de transmission) du signal glucose dans les parois de la veine porte, et ses cibles hypothalamiques (notamment par approche transcriptomique à haut débit).

3) Nous étudierons l’interaction de cette signalisation centrale par le glucose portal avec les mécanismes de régulation nutritionnels et hormonaux prenant place directement au niveau du système mélanocortinergique hypothalamique (récepteurs et ligands). Les interactions entre les effets induits par les protéines et ceux induits par les lipides et les glucides seront ici aussi particulièrement étudiés.

Plusieurs modèles murins de manipulation génétique de la néoglucogenèse dans le foie et dans l’intestin (surexpression ou invalidation conditionnelle) sont en cours de production. Ils permettront de mieux caractériser les phénomènes de régulation de l’homéostasie glucidique et énergétique au niveau moléculaire, en y associant les manipulations nutritionnelles.

Ce programme devrait nous permettre d’apporter de nouvelles connaissances et d’identifier de nouvelles cibles essentielles dans ces régulations, avec des applications probables dans le contexte de l’obésité, du diabète de type 2, et de leurs perspectives potentielles de traitement.

Diabète de type 2, insulinorésistance, néoglucogenèse, obésité, nutrition, récepteurs aux mélanocortines, cerveau, hypothalamus, intestin, foie.

Dernière modification le Vendredi 05 Février 2016 à 11:06:07.
 
Loading